Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Accueil / AUTEURS / monsieur

Jules DESTRÉE

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Georges JACQUEMIN
Dossier L : n°55, fascicule 2

Jules DESTRÉE
Essayiste, poète, critique.

Jules DESTRÉE

Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 21/08/1863 / décédé(e) le 02/01/1936

Biographie

(Il est impossible de résumer, même en quelques pages, un destin aussi riche et qui s'est déployé dans autant de domaines que celui de Jules Destrée. Nous conseillons à ceux qui souhaitent en savoir davantage de consulter d'abord la «biographie succincte» de Jules Destrée parue en 1976 aux éditions de l'Institut Jules Destrée et due à Mme Aimée Bologne-Lemaire, et dont les notes qui suivent s'inspirent largement. Pour les autres biographies, consulter la bibliographie.)

Jules Destrée naît le 21 août 1863 à Marcinelle, dans une famille unie, éprise de beau, de justice et pitoyable envers les plus démunis. Destrée aura un frère, Olivier-Georges, né quatre ans après lui, qui entrera en religion sous le nom de Dom Bruno, d'abord à Maredsous puis à l'abbaye du Mont César, à Louvain.

En 1904, il publie le Code du travail, en collaboration avec Max Hallet et, l'année suivante, il fonde les «Universités Populaires», visant à améliorer l'instruction et l'éducation du peuple.

1912 est une date importante. Cette année-là,; Destrée publie sa Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre, plusieurs fois republiée et dont nous citerons des extraits. L'écho de cette lettre n'est pas près de s'éteindre, surtout dans le contexte belge contemporain, où la Flandre manifeste des intentions de plus en plus grandes de liberté politique.

En 1914, devant la ruée allemande sur notre pays et sur la France, Destrée est invité à accompagner le gouvernement belge en France. Son rôle sera d'aller défendre notre cause à Londres, à Paris et à Rome où il ira plaider l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés des alliés (il sera accompagné du député de Virton, Georges Lorand). L'année suivante, il est envoyé à Pétrograd (Saint-Petersbourg), puis en Chine, en hiver 1918. Comme Blaise Cendrars et Marcel Thiry, il utilisera le fameux Transsibérien.

Devenu, en 1919, Ministre des Sciences et des Arts, Destrée crée le «Fonds des mieux doués», destiné à permettre aux enfants doués des milieux modestes de poursuivre leurs études. En 1920, il crée l'Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique. Il fait voter une loi en faveur des bibliothèques, protège les artistes (achat d'œuvres, subsides, etc.).

Jusqu'à sa mort, survenue le 2 janvier 1936, Destrée multiple les actions et les publications, effectuant un immense travail pour son parti, pour les plus défavorisés, mais aussi et déjà pour une prise de conscience wallonne, appuyée sur une large connaissance de son patrimoine artistique, trop méconnu par les Wallons eux-mêmes.

Bibliographie

  • Lettre à Jeanne, Imprimerie Veuve Monnom, Bruxelles, 1886.

  • Imagerie japonaise, Transpositions, Imprimerie Veuve Monnom, Bruxelles, 1888.

  • Les chimères, avec trois estampes d' Odilon Redon, Marie Danse et Henry de Groux, Imprimerie Veuve Monnom, Bruxelles, 1889.

  • Henry De Groux, Éd. Siffer, Gand, 1891.

  • Journal des Destrée, mémoires de la vie littéraire, Éd. Lacomblez, Bruxelles, 1891.

  • Odilon Redon, étude critique et catalogue, Éd. Deman, Bruxelles, 1891.

  • Paradoxes professionnels, Éditeur Veuve Larcier, Bruxelles, 1893.

  • Campagne électorale au Pays noir, Éd. Lacomblez, Bruxelles, 1895.

  • Les oeuvres d'art dans les églises, Bureaux de l'«Avenir social», Bruxelles, 1896.

  • Les écrivains belges contemporains, syllabus d'un cours à l'Extension Universitaire de Bruxelles, Imprimerie économique, Bruxelles, 1896.

  • Bon-Dieu-des-Gaulx (État d'âme et de paysage au Pays noir), Librairie de l' «Art social», Paris, 1898.

  • Le socialisme en Belgique, avec un appendice sur la bibliographie du socialisme par Deutscher, avec la coll. d'Emile Vandervelde, dans la Bibliothèque Socialiste Internationale, Éd. Girard et Brière, 1898, Paris; 2e éd. 1903.

  • Sur quelques peintres de Toscane (Notes sur les primitifs italiens), Éd. Dietrich et Cie et Florence, Alinari, Bruxelles, 1899.

  • Sur quelques peintres des Marches et de l' Ombrie (Notes sur les primitifs italiens), Éd. Dietrich et Cie et Florence, Alinari, Bruxelles, 1900.

  • Bibliothèques ouvrières, «Bibliothèque de propagande socialiste», Bruxelles, 1901.

  • Le secret de Frédéric Marcinel, Éditeur Veuve Larcier, Bruxelles, 1901; traduction russe, 1910.

  • Quelques histoires de miséricorde, Éditeur Veuve Larcier, Bruxelles, 1902.

  • Sur quelques peintres de Sienne, notes sur les primitifs italiens, Éd. Dietrich et Cie et Florence, Alinari, Bruxelles, 1903.

  • Les universités populaires, Imprimerie Société coopérative «Volksdrukkerij», Gand, brochure dans la collection Germinal.

  • Une idée qui meurt : la patrie, Éditeur Veuve Larcier, Bruxelles, 1906.

  • Anthologie Jules Destrée, Éd. Dechenne, anthologie des Écrivains belges de langue française, Bruxelles, 1906.

  • La question coloniale, Société coopérative «Volksdrukkerij», Gand, 1908.

  • Les Arts anciens en Hainaut, résumé et conclusions, Imprimerie Veuve Monnom, Bruxelles, 1911.

  • Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre, Éd. Weissenbruch, tiré à part de la Revue de Belgique, Bruxelles, 1912. (Cette lettre a été plusieurs fois rééditée.)

  • Vers le suffrage universel, discours prononcé à la Chambre des représentants les 23 et 24 juillet 1912, Société coopérative «Volksdrukkerij», Gand, 1912.

  • Les salons des Beaux-Arts à l'exposition de Charleroi en 1911, avec la coll. de R. Sand et de R. Dupierreux, Éd. Van Oest, Bruxelles, 1913.

  • L'énigme du Maître de Flémalle, tiré à part de la revue Wallonia, Liège, 1914.

  • Semailles, Éd. Lamertin, Bruxelles, 1913.

  • Discours parlementaires, Éd. Lamertin, Bruxelles, 1914.

  • Wallonie, Éd. Messein, collection des Trente, Paris, 1914.

  • En Italie avant la guerre, 1914-1915, préface de Maurice Maeterlinck, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1915; traduction italienne, Rava éditeur, Milan.

  • Aux armées d'Italie, en coll. avec Richard Dupierreux, Éd. Bloud & Gay, Paris, 1916; traductions en espagnol et en anglais.

  • Opinions sur la Belgique 1.- Italie, avec la coll. de R. Dupierreux, Éd. Van Oest, Paris et Bruxelles, 1916; un traduction italienne, beaucoup développée, a paru sous le titre L' Italia per il Belgio, Éd.Fratelli Treves, Milan.

  • Le dramatique mariage de la princesse Belgia et du chevalier Honneur, drame en trois actes pour un théâtre de marionnettes, Éd. Œuvre du vêtement des soldats belges, Londres, 1916; version italienne.

  • Les socialistes et la guerreeuropéenne, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1916, traduction italienne.

  • L'effort britannique, préface de Georges Clémenceau, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1916; traduction anglaise.

  • En Italie pendant la guerre (de mai 1915 à août 1916), Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1918.

  • Les villes wallonnes, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, collection Villes meurtries, 1916.

  • La Belgique et la guerre, conférence au cercle sino-français de Pékin, Pékin, 1918.

  • Figures italiennes d'aujourd'hui, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1918.

  • Les fondeurs de neige, notes sur la révolution bolchevique à Pétrograd pendant l'hiver 1917-18, Éd. Van Oest, Bruxelles et Paris, 1920.

  • Wallons et Flamands, la querelle linguistique en Belgique, dans les problèmes d'aujourd'hui, Éd. Plon-Nourrit, Paris, 1923.

  • Roger Van der Weyden-Roger de le Pasture, Éd. Keyn, Bruxelles, 1925.

  • Le mystère quotidien, réflexions et souvenirs, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1927.

  • Roger de la Pasture Van der Weyden, Éd. Van Oest, Bruxelles, tomes I et II, 1930.

  • Le maître dit de Flémalle Robert Campin, Éd. Revue de L' Art ancien et moderne, Paris, 1928-1929, Éd. Kryn, Bruxelles, 1930.

  • Le retable de Cambrai de Roger de la Pasture, mélanges Hulin de Loo, 1931.

  • Un jour, je voyageais en Calabre..., Éd. L' Églantine, Bruxelles, 1931.

  • Le roi Albert et son temps, Éd. Buschman, Anvers, 1933.

  • Pages d'un journal (1884-1887), préface et notes de R. Dupierreux, Éd. de la Connaissance, Bruxelles, 1937.

  • Jules destrée. Tous ses visages. Toute sa vie, pages recueillies par Pierre Bourgeois, préface de Marcel Hicter, Éd. Labor, Bruxelles, 1963.

  • Souvenirs des temps de guerre, édition annotée par Michel Dumoulin, Louvain-la-Neuve, 1980.

  • Journal 1882-1887, texte établi, présenté et annoté par Raymond Trousson, Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, Bruxelles, 1995.

  • (Cette bibliographie, non exhaustive, doit beaucoup au travail de Jacques Detemmerman repris dans l'ouvrage Jules Destrée le multiple, cf. ci-dessous. Elle n'inclut ni les préfaces ni les collaborations aux journaux et revues)

Autour de Jules Destrée

  • Cambier, Jules, Jules Destrée, ministre des Sciences et des Arts (9 décembre 1919-20 octobre 1921), ancienne librairie Castaigne, Bruxelles, 1921.

  • Dupierreux, Richard, Jules Destrée, Éd. Labor, Paris et Bruxelles, 1938.

  • Durandal et Jean La Sambre, Jules Destrée Paul Pastur, Marcel Bufquin des Essarts, Charleroi, préface de François André, 1938.

  • Dupierreux, Richard, Jules Destrée, Éd. de «Savoir et Beauté», revue d' Art et d'Enseignement, 1952.

  • Schaeffer, Pierre-Jean, Jules Destrée, essai biographique, Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, Bruxelles, 1962.

  • Paulus, Jean-Pierre, Edmond Picard et Jules Destrée, Éd. Labor, collection «Ceux d'hier et d'aujourd'hui», Bruxelles, 1971.

  • Bologne-Lemaire, Aimée, Jules Destrée, Institut Jules Destrée, Charleroi, collection «Études et documents», 1976.

  • Destatte, Philippe, Jules Destrée, l'antisémitisme et la Belgique, lettre ouverte à tous ceux qui colportent des mythes éculés sur les Wallons et sur leur histoire, Institut Jules Destrée, 1995.

  • Trousson, Raymond; Dumont, Georges-Henri; Jones, Philippe; Detemmerman, Jacques, Jules Destrée le multiple, Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, Bruxelles, préface de Jean Tordeur, 1995.

  • Schaeffer, Pierre-Jean, Portraits de Jules Destrée, Pro Cultura, Marcinelle, 1997.

Prix obtenus

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Région WalloneSLL